L'avenir de l'agriculture en France
Uncategorized

L’avenir de l’agriculture est bio, et en Normandie

Les événements actuels liés au Covid-19 accélèrent le saut vers la transition écologique et agroécologique en raccourcissant les chaînes d’approvisionnement. Selon le développement durable, il s’agit de garantir la sécurité alimentaire d’un point de vue économique et social.

Ainsi, ces dernières années, le gouvernement français et la Région Normandie ont pris une série d’initiatives pour développer l’agriculture biologique en France. Comme souvent, l’innovation est primordiale pour débloquer de nouvelles solutions pour les entreprises locales d’agriculture biologique en France, et la Normandie s’efforce d’offrir un environnement optimal.

La France est engagée dans la transition agricole écologique

France 2030 est la réponse aux grands enjeux de notre époque, notamment la transition écologique. En effet, le plan vise à répondre à ces enjeux par un plan d’investissement massif pour identifier les futurs champions technologiques et accompagner les mutations de nos filières d’excellence.

Voici une vidéo parlant des métiers dans cette industrie en Normandie :

Par ailleurs, France 2030 a une ambition : préparer la France de demain en faisant des choix stratégiques majeurs d’investissement. En effet, l’objectif est de donner une longueur d’avance à la France en créant de nouvelles filières industrielles et technologiques d’avenir pour accompagner les transitions écologique et numérique.

Ainsi, France 2030 se concentre sur cinq leviers transversaux importants pour atteindre les ambitions du plan :

  • Renforcer l’accès aux matières premières ;
  • Augmenter la production de composants et de technologies numériques ;
  • Accompagner l’émergence de talents et de startups industrialisées.

Sinon, ce plan stratégique investit dans une alimentation saine, durable et traçable pour accélérer la révolution agricole et alimentaire. En effet, nourrir sainement une population croissante nécessite de décarboner la production et d’assurer la préservation de la biodiversité. Autrement dit, il y a 2 objectifs :

  • D’une part : libérer le potentiel des technologies numériques, des bio-intrants et des ressources génétiques pour renforcer la compétitivité des filières agricoles ;
  • D’autre part : accélérer la transformation du secteur agroalimentaire en remettant les enjeux de durabilité et de santé au centre des préoccupations.

Ceci est aussi le cas de la Normandie

D’autre part, la Normandie favorise la réalisation de projets de conversion et d’installation en agriculture biologiquePar exemple, la région soutient la structuration de ces filières pour répondre aux besoins croissants des producteurs bio, aux fortes attentes de consommation de produits bio, et à l’agroenvironnement.

L'agriculture en France
Source : Pixabay.

Par ailleurs, la Région soutient les investissements pour une triple performance économique, sociale et environnementale du système alimentaire. De la même manière, l’objectif est de définir une vision stratégique pour l’ensemble des filières régionales :

  • Tout d’abord, la maîtrise des coûts de production avec des méthodes plus économes en intrants et en énergie,
  • Deuxièmement, le développement des ressources agronomiques locales ;
  • Troisièmement, l’amélioration des conditions de travail et des capacités organisationnelles ;
  • Enfin, la mutualisation du matériel agricole à travers des coopératives d’utilisation du matériel agricole.

Aussi, le développement d’outils agroalimentaires performants et innovants valorise la production agricole régionale. Ainsi, il répond aux besoins des grandes zones de consommation à proximité. La Région soutient les investissements dans les filières agro-alimentaires et encourage la création et le développement d’ateliers de transformation à la ferme. En conclusion, ce procédé augmente la valeur ajoutée et rétablit le lien entre le producteur et le consommateur, sans perte de biodiversité à long terme.

Pourquoi considérer la Normandie pour l’agro-alimentaire ?

La Normandie est un acteur important du secteur agro-alimentaire, car c’est un prolongement logique de son potentiel agricole. L’industrie de transformation emploie 17 % de la main-d’œuvre industrielle régionale et génère environ 6 milliards d’euros par an. Le secteur est composé à la fois d’entreprises locales dynamiques, souvent familiales, et de grandes entreprises ou coopératives nationales ou internationales.

L'agriculture en France
Source : Pixabay.

On estime qu’environ 11% des entreprises agroalimentaires en France choisissent la Normandie pour leur première implantation. C’est grâce à l’environnement favorable pour le secteur que la région favorise. Capitalisant sur des siècles d’expertise et de savoir-faire, la région a formé en 2018 plus de 12 000 professionnels à travers 57 établissements d’enseignement supérieur. Des ingénieurs aux techniciens, l’agro-industrie bénéficie d’un très grand nombre de main-d’œuvre, capable d’aider les 870 entreprises du secteur à se développer et à prospérer. 

L’un des éléments clés du succès de la Normandie si la diversité de ses entreprises agricoles, avec la présence de leaders français et européens ainsi que de petites entreprises de moins de 10 salariés, La région bénéficie d’un pourcentage très élevé de terres agricoles, grâce à l’absence d’altitude importante et d’urbanisation modérée, ce qui signifie que plus de 31 000 exploitations agricoles existent déjà dans la région, employant jusqu’à 70 000 travailleurs.  

Un secteur diversifié et performant qui tire pleinement parti des atouts de la région

L’industrie de transformation normande a bénéficié de deux facteurs majeurs pour s’imposer en France comme en Europe. Pour transformer le bétail, les ressources agricoles et les produits de la mer en produits présents dans toutes les épiceries d’Europe, la Normandie profite à la fois de ses facilités portuaires pour exporter et du pouvoir d’achat des consommateurs des régions environnantes. Grâce à ces atouts, la région est le premier transformateur français de thé, café et cacao qui sont importés principalement dans le port du Havre, l’une des installations portuaires premium de France. 

Source : Pixabay.

Des multinationales comme Segafredo Zanetti et Ferrero Rocher ont de grandes installations de fabrication en Normandie.  En Basse-Normandie, le secteur agroalimentaire est le premier employeur industriel régional. Ce secteur est essentiellement centré sur la transformation de matières premières produites localement. Dans cette région, 70% des revenus du FPI proviennent des filières « lait et viande ».   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *